AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

•• aleycia, b. ( u.c )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Aleycia C. Berlioz
SADIQUE Admin'
I FEEL PERFECT
avatar


Messages : 55
Date d'inscription : 23/04/2009
Age : 23

Feuille de Personnage
CITATION
: « L'espérance est la dernière chose qui meurt dans l'homme. »
A SAVOIR
:
RELATIONS
:
MessageSujet: •• aleycia, b. ( u.c )   Dim 3 Mai - 0:29






      BERLIOZ ; CONSTANCE, ALEYCIA.
      ley' ; aley'.

      AGE: Ving & un ans.
      SEXE: Féminin.
      DATE/LIEU DE NAISSANCE: 13 Septembre 1988, en France; à Paris.
      GROUPE: Les rescapés.
      CITATION: « L'espérance est la dernière chose qui meurt dans l'homme. » Diogène Le Cynique

      ABOUT YOU;


    J'étais consciente de ne pas me poser les mêmes questions que les autres. Les autres ? Qui sont-ils ? Ce sont les rescapés. C'est comme ça que je les appelle. Nous sommes les rescapés d'une grande catastrophe. Ils se demandent pourquoi ça nous est arrivé, pourquoi leur chers sont morts. & moi, je ne pense pas à cela. C'est arrivé, il est trop tard pour changer les choses alors pourquoi se tourmenter avec autant de questions inutiles ? Se remettre tout le temps en cause, ce n'est pas un de mes défaut. Les jours passent, & j'arrive à me faire à l'idée que je ne pourrais plus jamais ré-adopter ma vie d'autrefois. Ce ras-de-marée nous a tous changé sans exception, mais pas de la même manière. Certains sont traumatisés, d'autres essaye de ne pas montrer leur peine, & moi j'ai conservé mon caractère. Je n'ai jamais vu les choses très positivement, mais je sais que j'ai de la chance d'être encore en chair & en os. Pour cicatrice de cet évènement, je n'ai que quelques égratignures, surtout sur les bras. Je me suis laissée emportée par les flots & puis, mes souvenirs sont assez brumeux. Tout s'est passé trop vite, je ne me souviens plus exactement de la façon dont je suis arrivée ici. Dans cet étrange globe qui nous protège. Jusqu'à quand ? Ca je n'en ai pas la moindre idée. Je ne fais pas trop confiance aux personnes qui nous ont sauvé : ils font partis d'une compagnie qui restait dans l'ombre jusqu'à maintenant. C'est pourquoi je ne leur accorde pas ma confiance, & ça ne m'étonnerait pas qu'une seconde catastrophe se produise. Que pourrait-on perdre de plus hormis notre vie ? Notre vie qui ne tient plus qu'à quelques espoirs à présent. Je pense sans cesse à l'avenir & la question qui revient le plus souvent est "qu'allons-nous devenir" ? Nous ne sommes plus nombreux, nous sommes les dernières espèces de notre race, & franchement si on nous donne la mission de repeupler la planète, très peu pour moi. Des nouveaux survivants arrivent chaque jour, certains sont parfois en très mauvais états. Il m'est arrivé de regarder les nouveaux arrivants, pour vérifier que ce ne soit pas mes parents, ou des personnes que je connaisse. Mais au bout d'une dizaine de personnes, j'ai arrêté d'y croire. Je les regarde parfois par pure curiosité -ce qui ne me ressemble pas vraiment. Quand je vous disais que je n'ai plus d'espoir, ce n'était pas tout à fait exact. Il me reste peut-être 1 % d'espoir. Lorsque je m'endors, ce qui est rare à présent car je fais de longues nuits d'insomnie, je rêve -ou plutôt cauchemarde- de ce qui est arrivé. Je repense à chaque seconde du jour ou la planète a été engloutie sous les flots, & à chaque fois j'ai l'impression d'apercevoir un nouveau détail. Comme si je revivais ce jour-là sans arrêt. J'aurais beau dire, il m'a marqué. S'il ne l'aurait pas fait, je ne serais pas humaine.

      ▬ flash back

    « Aleycia qu'y-a-il ? 'Ley ? » mon camarade de classe semblait de plus en plus inquiet par mon manque de réaction. Il passa sa tête au-dessus de mon épaule pour apercevoir ce que je regardais par la fenêtre. Des personnes affolées, voilà ce que je voyais. Soudain, je me levai d'un bond, ne prenant pas la peine d'attendre de comprendre ce qui alarmait les gens à ce point. Je ramassai mes affaires de cours avec hâte, les fourrant adroitement dans mon sac à bandoulière noir. Mon voisin de table m'imita, & tous mes camarades ne tardèrent pas à en faire de même. Un grondement sourd retentit. Tout le monde cessa toutes activités, même moi. Nous étions pétrifiés, attendant une explication quelconque. Plusieurs élèves accoururent vers les fenêtres, lorsque l'un deux poussa un cri perçant nous annonçant une marée d'eau. De l'eau ? A Paris ? Je ne compris pas, mais mon instinct de survie me poussa à dévaler les marches de l'université & à me précipiter en dehors. & puis, je me stoppai net devant mon établissement scolaire. Il ne servait à rien de courir sans connaître ma destination. L'eau était encore loin & basse, j'avais le temps d'envisager toutes les posibillités qui s'offraient à moi. Je pouvais me laisser emporter par les flots jusqu'à, peut-être, arriver à un endroit plus sûr, ou me réfugier dans l'un de ses abris que construisaient des personnes en cas d'apocalypse, ou toutes ces choses-là auxquelles ils nous est impossible d'échapper. Mais la deuxième solution me paru absurde puisque trouver un abri de ce genre me prendrait trop de temps & la marée serait déjà trop haute. J'entendais les cris apeurés de centaines d'autres personnes, pensant tous qu'ils courraient vers une mort certaine. Ils ne l'acceptaient pas. Moi, j'acceptais la mort. Je préférais l'attendre plutôt que crier inutilement.

      ▬ fin du flash back

    Après ceci, je me suis accrochée à une vieille d'épouille de ce qui me semblait être une chaise, & suis arrivée au Globe. Actuellement je repense à tout ça. Tout ce qui est arrivé depuis deux jours. Deux longs jours. J'ai pratiquement cessé de manger & dormir, ayant trop de mal à accomplir ces deux fonctions pourtant essentielles. Mais je commence à m'habituer à cet endroit. Mes passe-temps ne diffèrent pas depuis que je suis arrivée ici. Je lis des livres qui nous sont mis à disposition, ou j'écris. Il m'est aussi arrivé de discuter avec d'autres rescapés, mais sans plus. Ecouter leur malheur m'est lassant. J'ai un peu exploré les horizons. C'est un endroit fascinant. Depuis quand est-il mit sur pied ? Tout le monde l'ignore. Cette question restera sans doute sans réponse, comme des millions d'autres après tout.
    Les choses que je regrette, je ne les compte plus. Mais je n'y pense plus. Je les laisse derrière moi. Au fond de moi, mes proches me manquent. Mes parents, que je ne voyais pas souvent, fondaient beaucoup d'espoirs sur moi. Ils ont toujours cru en moi & ne cessaient de me répéter que je deviendrais une grande littéraire. Mes amis aussi, même si je ne pouvais en compter beaucoup pour mon manque de sociabilité. Je n'ai essayé de sauver personne d'autre que moi-même, & une petite part de moi se sent coupable. Mais, après tout, qu'aurai-je pu faire ? Sauver ma vie a déjà été une rude tâche. Mes proches auraient souhaité que je vive, & c'est chose faîte. Même si je ne crois ni au ciel, ni à une quelconque forme de vie après la mort, ma culpabilité s'estompe en pensant au bonheur de mes parents s'ils avaient appris que je m'en suis tirée vivante.

    A finir

      DERRIÈRE L'ÉCRAN;

    PSEUDO: Midnight*
    AGE: Treize ans.
    SEXE: Féminin.
    COMMENT AS-TU DÉCOUVERT LE FORUM ? Sur PRD; demande d'amin' de la fondatrice. =)
    NIVEAU RP: Euh.. ça dépend de la personne avec qui je RP... ça peut aller de 30 à 100, voir plus, ça varie vraiment selon la personne. ^^
    CELEBRITE FIGURANT SUR L'AVATAR: Kaya Scoledario.
    UN DERNIER MOT ? Nan nan, j'ai tout dit.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

•• aleycia, b. ( u.c )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Néréides :: Unlesh your imagination :: Love me tender . :: En construction -